1977

Nos tournées sont encore concentrées dans les écoles. On tourne de janvier à mai… juin… demandes de subventions et rapports, déjà… L’été, c’est l’écriture.  J’écris l’été et le soir, car on a acheté une maison pièces sur pièces à la campagne. On l’a déménagée debout, ficelée comme un cadeau, le toit à peine démonté. On l’a posée telle quelle sur des madriers, sur la terre de mes parents, et on la reconstruit jour après jour pour ne pas dire pierre par pierre ou planche par planche… On passe nos journées à courir derrière Pit-Pit, à ramasser des pierres, à faire du ciment. On aime les vieux murs défoncés et, même si on a peur de perdre nos amis, on les invite souvent à la campagne. Le soir, j’écris aux quatre vents, car la maison n’a ni porte ni fenêtre, et quand il pleut, j’écris sous un plastique. On lave la salade au ruisseau, on se lave quand on va au lac et la toilette est celle des premiers colons, mais c’est l’été. Un fil électrique qui fait bien un demi-kilomètre donne un rond électrique pour le café, une lampe pour lire et écrire. J’écris Chut! Chut! Pas si fort! et le texte respire le bois tout autour et celui des premiers colons… S’y greffent la vie nomade, le conte traditionnel et l’épreuve toujours décisive, et le goût des veillées.

Chut! Chut! Pas si fort! mise en scène de Mona Latif-Ghattas, Le Carrousel 1977. Gervais Gaudreault, Suzanne Lebeau et Yvan Leclerc.

Chut! Chut! Pas si fort! mise en scène de Mona Latif Ghattas, Le Carrousel 1977.
Gervais Gaudreault, Suzanne Lebeau et Yvan Leclerc.

Le temps donne le recul pour un regard certain et je reconnais dans nos choix de l’époque la présence de nos amis Dominique Dupire et Pierre Farand… Nous ne devenons pas amis par hasard.  Ils sont eux-aussi immergés dans le projet fou d’une vieille québécoise en pierres des champs…  Le texte que j’écris pour les petits nous replonge ensemble dans notre passé, celui des légendes et des épreuves, du français de village avec ses mots sonnants et imagés… La musique en direct, celle des bûcherons, égoïne, ruine-babines, bombarde et cuillères… malheureusement, pas un de nous ne sait jouer du violon. Un jour, dans une école, un directeur allumé nous a dit que le concierge était un merveilleux violoneux… et c’est lui qui a fait danser les enfants à la fin du spectacle ! Moment mémorable qui vibre (près de 40 ans) plus tard.

Mona Latif Ghattas fait la mise en scène de Chut! Chut! Pas si fort! On répète à Longueuil grâce à François Sainte-Marie, directeur du Centre culturel de Longueuil. Merci François pour les services inestimables qui nous ont permis de démarrer. La scénographie, décor et costumes, qui l’a conçue? Pas besoin de chercher : la production est signée Pierre Farand. C’est la plus québécoise de toutes et jamais nous n’avons été aussi près de l’authenticité. Les costumes de vraie pure et chaude laine pèsent des tonnes et si Dominique, enceinte jusqu’aux oreilles, pousse le camion sur les routes gelées du nord de l’Ontario à -40 on commence aussi à jouer l’été. Cet été-là est particulièrement chaud.  On joue beaucoup et, depuis peu, toute l’année…

Je me rappelle, souvenir vague mais tenace, qu’on joue Le jardin qui s’anime à la Place des Arts au Piano Nobile et que ma sœur Christine amène Xavier dans sa salopette rouge  qui a une grosse pomme sur la bavette (les enfants, intervenant dans le spectacle, étaient fruit ou légume). On présentera plusieurs autres spectacles au Piano Nobile : Petite ville deviendra grande, Chut! Chut! Pas si fort! On joue donc régulièrement en dehors de l’école… Comment faisions-nous agir une participation déterminante pour l’action, et qui était le plus souvent à la mesure de l’investissement des enfants et des enseignants dans les classes, en dehors de l’école? Je ne me rappelle plus bien. Il faudrait que je revienne aux notes d’animation et aux mécanismes de participation pour chacun des spectacles.

Les souvenirs, qui se diluent dans un sentiment de course effrénée, racontent que Martine devait bien faire son travail, car il me semble que nous jouions beaucoup et qu’il fallait des acrobaties pour faire cohabiter enseignement, animation, les Enfants du Paradis où Gervais travaillait encore, les spectacles, l’administration de la compagnie, l’écriture dans les jours, les semaines, les mois.

C’est cette année-là… que René-Daniel Dubois remplace Jacques L’Heureux? Nos archives ne sont pas assez complètes pour me permettre de retrouver rapidement l’information, mais le souvenir de discussions politiques passionnées et d’un repas chinois sublime (le poulet aux étoiles d’anis que je fais toujours…) chez son père à Québec… est toujours vivant. Oui, René-Daniel Dubois a joué le père Gabriel dans Ti-jean voudrait ben s’marier, mais… et Sarrazin dans Le jardin qui s’anime

1977 dans l’histoire du Carrousel me donne quatre titres: La Chanson improvisée, Chut! Chut! Pas si fort!, Le jardin qui s’anime, et Ti-Jean que nous reprenons en tournée. Nous suivions la logique de l’école. À cette époque, l’élémentaire était divisé en deux cycles et la compagnie offrait une production différente pour chacun des cycles de 5 à 8 ans et de 9 à 12 ans. Il aurait été plus simple d’avoir deux nouveaux spectacles chaque année, mais les moyens artistiques et financiers ne le permettaient pas. Notre fonctionnement, qui a pourtant moins de 3 ans, porte déjà ses singularités qui, à l’époque, nous rendent marginaux. J’écris et nous travaillons avec un metteur en scène, des concepteurs et des acteurs invités, alors que la pratique – celle pour adultes comme pour enfants – explore la création collective. Pourquoi ne pas avoir travaillé en création collective alors que nous adorions voir les spectacles du Grand Cirque Ordinaire, des Petits enfants de Chénier? Je ne vois aucune raison précise, si ce n’est que nous avions commencé à explorer d’autres voies qui nous satisfaisaient pleinement. Étions-nous en avance, à côté ou en retard? Nous étions simplement nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>